La filière bois, vivier d’emplois en Grand Est

Avec plus de 1,8 millions d'hectares, la région Grand Est dispose d’un taux de boisement exceptionnel de 33% contre 30% de moyenne en France (métropole) avec une grande diversité d’essences.

Des plaines majoritairement feuillues (chênes, hêtres) aux forêts résineuses de montagne (sapin, épicéa, douglas), la région abrite une grande diversité d'essences et de peuplements.

Ce patrimoine est d’autant plus important qu’il recèle une grande richesse économique et environnementale.

Constituée à 58 % de forêt publique, la forêt régionale fournit près de 7,3 millions de m3 de bois chaque année. La filière forêt-bois, dans un périmètre élargi, emploie plus de 55 500 salariés, soit plus de 12% des effectifs de la filière bois en France, essentiellement en zones rurales. Le sciage et le travail du bois sont le premier employeur devant la construction bois.

Régnier est une parfaire illustration de ce secteur. La société emploie 113 personnes avec une parité exemplaire. Notre parc de machines de haute technologie nous garantit une productivité optimum.

Chez Régnier, on retrouve ces mêmes métiers : à la production, ils sont une centaine d’hommes et de femmes à toutes les étapes de collage, pressage, contrôle qualité ou finitions.  Ils peuvent compter sur toute une équipe de commerciaux qui sillonne la France et l’Europe à la rencontre des clients, un bureau d’études et de contrôle qualité, un comptable et bien sûr une équipe de direction.

Ce savoir-faire du travail du bois dans la région est pérenne grâce à un réseau unique en France de 59 établissements de formation du niveau CAP au Doctorat. Avec 9 870 établissements employeurs, la filière bois représente un  chiffre d'affaire dans cette régioin de 11 milliards d’euros par an .

La forêt fait partie de nos paysages. Elle est un lieu de loisir mais aussi une mine de matières premières, le bois, matériau durable et renouvelable.

Le secteur bois évolue…

Le secteur bois en Grand Est dépasse tous les clichés : secteur exclusivement réservé aux hommes, composé principalement de bûcherons et de menuisiers doté de moyens archaïques… Aujourd’hui, le secteur bois recense de nombreuses activités où les femmes trouvent leur place ainsi que les machines de pointe.


L’exploitation forestière s’étend du marquage des arbres, exploitation bûcheronnage au débardage manuel ou mécanisé selon la taille et les essences des arbres en terminant par le transport des grumes. La première transformation du bois s’est industrialisée. Le bois se tronçonne, se débite, se fend, se scie, se tranche, se déroule en fonction des produits que l’on souhaite réaliser. Avec le bois on peut tout faire : charpente et construction, ameublement et produis divers.

Les entreprises de transformation comptent quelques dizaines à quelques centaines d’employés dans lesquelles on retrouve des métiers très diversifiés : techniques, commerciaux et administratifs.